Blog

Quel remboursement pour l'ostéopathie ?

Marcher jusqu’à la voiture ou l’arrêt de bus, jusqu’à la machine à café ou la salle de réunion, quelques pas encore pour aller au magasin, chercher les enfants à l’école, passer un peu de temps à la salle de sport… Quotidiennement, nos corps sont en mouvement. 

Un mouvement essentiel à de multiple égards, notamment pour prévenir les douleurs au niveau du dos ; un mouvement nécessaire que de nombreux télétravailleurs n’ont malheureusement plus l’occasion de pratiquer. En 2021, selon une étude lancée par le SPF Emploi en collaboration avec une équipe de chercheurs universitaires auprès de 4.000 Belges, pas moins de la moitié (51 % des réponses) signalait avoir souffert de douleurs au niveau du dos l’année écoulée[1] ! Un chiffre interpellant qui nous amène à explorer les solutions qui s’offrent à nous pour soulager ces douleurs indésirées...

Fichier vidéo

L'ostéopathie : une médecine alternative reconnue

Parmi ces solutions, l’ostéopathie. Définie par Le Larousse comme « une méthode thérapeutique manuelle utilisant des techniques de manipulations vertébrales ou musculaires[2] », elle fait partie de ce que l’on appelle les « médecines alternatives », au même titre que l’acupuncture, l’homéopathie ou la chiropraxie. Les patients qui y ont recours font le choix d’une approche plus naturelle, sans traitement chimique. Ils seraient d’ailleurs de plus en plus nombreux à faire le choix de cette thérapie. Selon la dernière étude en date publiée par Sciensano en 2018[i], 8,4 % des Belges avaient recours à l’ostéopathie. Un chiffre en augmentation par rapport à 2001 qui atteste de l’intérêt croissant des Belges pour cette forme de médecine. Mais dans quels cas le recours à l’ostéopathie peut-il être pertinent ?
 

Dans quels cas consulter un ostéopathe ?

Marie travaille plusieurs jours par semaine à la maison depuis l’épidémie de Covid. Chaque jour, elle passe des heures devant l’ordinateur, dans une position quasi immobile. En résultent de nombreux blocages et maux de dos indésirables. Au micro de RTL, Frédéric Burnotte, ostéopathe, expliquait en quoi l’ostéopathie pouvait apporter une solution à ces patients en manque de mouvement. Selon le spécialiste, l’immobilité peut provoquer un tassement au niveau des disques de notre colonne vertébrale et donc, des maux de dos, voire des hernies discales. Dans ce cas de figure, l’ostéopathe peut offrir du mouvement aux zones trop faiblement sollicitées de manière à pallier une perte de mobilité[3].

Si l’exemple de Marie est représentatif d’un mal qui ronge la société contemporaine, de nombreux autres cas de figure mettent en évidence les bienfaits d’une approche par ostéopathie. Outre la prise en charge de problèmes musculosquelettiques, le praticien peut également offrir une solution durable à divers dysfonctionnements et ce, à tout âge de la vie : ainsi, il prend notamment en charge les bébés dès leurs premières semaines pour soulager des problèmes digestifs ou de sommeil, les enfants qui souffriraient de problèmes de motricité ou les adultes, grands sportifs, qui auraient mis leur corps à trop rude épreuve[4].
 

Quel remboursement pour l'ostéopathie ?

Dans la plupart des cas, la séance d’ostéopathie sera ponctuelle, contrairement à la kinésithérapie qui, quant à elle, offre un suivi sur plusieurs rendez-vous. Selon les tarifs pratiqués par le spécialiste, la séance d’ostéopathie vous coutera entre 50 et 70€[5]. Une somme importante qui ne sera pas entièrement remboursée par la mutuelle. La plupart des mutuelles offrent aujourd’hui une compensation de dix euros par séance[6], laissant la différence à votre charge. Une somme conséquente, surtout si l’on souffre régulièrement de maux de dos. Le cas échéant, une assurance soins ambulatoires complémentaire peut soulager votre portefeuille en prenant en charge les montants des soins qui vous seront facturés.
 

L'ostéopathie, c'est moins cher avec DKV

Grâce aux assurances soins ambulatoires DKV Daily, vous bénéficiez d’une intervention supplémentaire sur vos frais médicaux quotidiens. Faites le point et analysez vos besoins en ligne en seulement quelques minutes. Pour plus d’infos, renseignez-vous auprès de DKV ou auprès de votre intermédiaire.

DKV. Les meilleurs soins. Pour toute la vie.

Notre mission est de vous proposer des solutions d'assurance qui vous protègent et vous rassurent pour que vous puissiez profiter pleinement de votre vie. Prendre soin de vous, c'est préserver votre capital santé le plus longtemps possible et dans les meilleures conditions. Quels que soient vos besoins, il existe une formule DKV qui vous correspond.

 

Pour toutes informations complémentaires concernant les caractéristiques et exclusions principales des produits DKV, vos droits et obligations, veuillez consulter les Conditions Générales, les Conditions Tarifaires et les Documents d’Information Produit (IPID) avant de souscrire. Ces documents sont disponibles auprès de votre intermédiaire d’assurances, sur www.dkv.be ou gratuitement auprès de DKV Belgium.

DKV Belgium S.A. | Rue de Loxum 25 | 1000 Bruxelles | www.dkv.be | Tél. : +32(0)2 287 64 11 | R.P.M. 0414858607, entreprise d’assurances de droit belge agréée sous le n°739, sous le contrôle de la Banque Nationale de Belgique, dont le siège est situé à 1000 Bruxelles, Bld de Berlaimont 14, fabricant des produits DKV : soins dentaires, frais ambulatoires, hospitalisation et perte de revenus. Ces produits sont soumis au droit belge (branche 2 ‘maladie’ et/ou branche 18 ‘assistance’). Offre via votre intermédiaire d’assurances et/ou via www.dkv.be. Contrat à vie, non résiliable par l’assureur, sauf exceptions prévues par la loi. Pour les plaintes relatives à la gestion ou à la mise en œuvre de ces produits, veuillez vous adresser au service Quality Control de DKV Belgium S.A. par courrier à l’adresse suivante : rue de Loxum 25, 1000 Bruxelles, par mail à Qualitycontrol@dkv.be ou via le formulaire disponible sur notre site internet www.dkv.be/fr/contact/une-plainte et, en 2ème ressort, à l’Ombudsman des Assurances par courrier à l’adresse suivante : square de Meeûs 35, 1000 Bruxelles, par mail à info@ombudsman-insurance.be ou par téléphone au +32 (0) 2 547 58 71. Ce document est un support commercial au sens de l’A.R. du 25 avril 2014 imposant certaines obligations en matière d’information lors de la commercialisation de produits financiers auprès des clients de détail.