20 oct 2021

Comment être à l’aise avec son corps

Le fait de ne pas se sentir bien dans son corps est de plus en plus fréquent dans notre société, surtout dans certains groupes comme les jeunes et les adolescents, et davantage chez les femmes que chez les hommes. Beaucoup d’entre nous souhaiteraient avoir un autre type de corps, généralement plus mince.

Pourquoi ne sommes-nous pas à l’aise avec notre corps ?

Les facteurs qui expliquent pourquoi si peu d’entre nous se sentent satisfaits et à l’aise dans leur corps sont nombreux. D’un côté, les industries dédiées à la vente de produits de soins corporels cherchent à nous faire sentir insatisfaits afin de s’assurer que nous achèterons leurs produits censés améliorer notre corps : cette crème anticellulite à l’approche de l’été, ce gel anti-vergetures qui prévient les effets indésirables de la prise de poids pendant la grossesse ou cette huile miracle qui nous rajeunira de dix ans en un clin d’œil.

D’autre part, les nombreuses entreprises de mode se chargent de présenter leurs dernières collections sur des mannequins à taille de guêpe, très éloignées des corps habituels et « imparfaits ». Cela finit par générer et alimenter le fait que les gens ne se sentent pas à l’aise dans leur corps ce qui, dans de nombreux cas, s’accentue au fil des ans. Enfin, n’oublions pas les intérêts économiques des industries alimentaires et non alimentaires qui se consacrent à la promotion de la culture des régimes miracles et nous vendent un changement de silhouette à tout prix.

Face à cet environnement, il est très facile de tomber dans le piège et de ne pas se sentir bien dans son corps.

Trois raisons qui font que nous sommes insatisfaits de notre image corporelle

Les canons de beauté irréels : l’une des raisons que nous devons garder à l’esprit est la pression sociale pour une beauté basée sur la rigueur, l’exigence de soi, le perfectionnisme physique et les comparaisons haineuses. Si l’on nous met sans cesse sous le nez un idéal de beauté parfaite et surréaliste et que l’on nous incite à croire que pour être bien et beau, il faut ressembler à cette silhouette inaccessible, il est évident que lorsque nous nous regardons dans le miroir et que nous nous comparons, nous ne nous trouvons inévitablement pas à la hauteur.

L’excès de critique (et d’auto-critique) : nous avons tendance à être durs avec nous-même et à nous punir injustement pour des défauts insignifiants (et même irrationnels) tels qu’un bouton sur le nez ou une ride supplémentaire avec chaque année qui passe. En outre, certains milieux plus préoccupés par le physique ont tendance à exagérer l’importance des défauts du corps, défauts que nous avons tous, mais auxquels nous accordons nous-mêmes plus d’importances qu’à nos propres qualités, qui passent inaperçues ou sont sous-estimées bien plus souvent que nous le pensons.

Les pièges mentaux : notre esprit est expert dans la déformation de la réalité et lorsqu’il s’agit de notre apparence, il est très doué pour généraliser nos défauts, mal interpréter les pensées et supposer que les autres nous percevront aussi mal, voire pire, que ce que nous percevons de nous-même. Le tout fait que notre estime de nous-même se retrouve au plus bas.

Il est donc temps de changer, de respecter notre corps comme il est, sans jugement ni évaluation injuste et en reconnaissant que notre corps est un trésor, un cadeau qui nous permet de vivre dans la dignité humaine, quelle que soit sa forme ou son apparence. Et à ne pas oublier : chaque corps est différent.

Trois principes de base pour être à l’aise avec son corps

Cultiver l’acceptation : accepter notre corps comme il est n’est pas une tâche facile, mais il est essentiel de parvenir à ce niveau d’acceptation si l’on veut éviter d’en être insatisfait. Parfois, l’insatisfaction corporelle peut générer une telle souffrance et un tel mal-être qu’il faut envisager la nécessité de demander l’aide d’un professionnel spécialisé qui peut nous accompagner individuellement sur le chemin de l’acceptation du corps, pour être bien avec soi-même et avec ce que notre corps nous permet de faire.

Se traiter avec respect et bienveillance : même si nous sommes entourés de stimuli pertinents qui nous font croire que nous ne méritons le respect que si nous avons un corps parfait, nous devons être capables de changer le centre d’attention et de le diriger vers le respect de notre corps avant tout.

Avoir de la compassion envers nous-même : chausser les lunettes de la compassion envers notre silhouette implique un amour inconditionnel de soi, un acte de foi et de soin de soi-même et un regard affectueux aussi sur nos défauts, nos limites physiques et nos impossibilités.